heyyyyyyy,

Ce silence est probablement dû au manque de sommeil des deux derniers mois. Je ne voulais pas me lamenter et raconter mes problèmes anodins, mais avec du recul j’ai le goût de noter tout ça sur le blogue et d’en rire dans quelques années! D’abord, tout a commencé par la maladie (salut gastro). Ensuite, mon fils est entré dans son adolescence. Oui oui, déjà! Je ne sais pas qui a dit que deux ans était le «terrible two», parce que dans mon livre à moi, «Terrible» rime bien avec Three en tabarn.

L’arrogance toi! Les yeux qui roulent, l’attitude, l’obstination, un vrai ado!

Et c’est tellement facile de se sentir coupable et incompétent dans notre société. Surtout dans ces situations-là. J’ai consulté des amies et collègues, j’ai lu plein de trucs. Cet article de blogue m’a fait un grand bien, du genre «heille fille, t’es pas toute seule!».

«Many a mother discovers that even the simplest event or occasion can elicit total rebellion. Dressing, eating, going to the bathroom, getting up, going to bed – what ever the routine, it can be the scene and setting for an all-out, no-holds-barred fight. Techniques and tricks formerly useful can no longer be guaranteed to work.».

Bref, phase d’opposition intense avec des montagnes russes d’émotions. Du genre fou rire aux larmes en 3 secondes (pour vrai). Tout ça en même temps que l’arrivée de l’imaginaire, avec la peur du noir, des monstres, des fantômes, etc. Vous me voyez venir avec mon manque de sommeil…

Oh que ça a commencé sournoisement cette histoire-là. Oh que l’on dormait bien depuis plus d’une année nous autres là. Au début, fiston voulait retarder l’heure du dodo. Puis encore plus d’histoires, encore plus de chansons, encore plus de câlins et de jasage au lit. Puis, «maman, je veux la porte ouverte», «maman j’ai peur», «maman sort pas de ma chambre», «maman, je veux que la lumière reste allumée», «maman je veux dormir dans TON lit»… Puis un réveil la nuit. Puis plusieurs réveils la nuit. Puis fiston qui veut dormir avec nous, puis nous on veut pas, puis l’obstination à 3 am, puis crises/pleurs qui réveillent tout le monde (salut la locataire au sous-sol, respect!).

On a essayé la technique du 5-10-15 qui marchait tellement bien quand il était petit (lire Enfin je dors).
On a essayé le truc de la chaise qui a été un échec lamentable (aussi dans le livre).
La porte ouverte, la lumière tamisée.
On a essayé de laisser une photo de nous sur le mur de son lit.
Une «baguette magique» au pied de son lit pour le protéger.
Une nouvelle veilleuse.
Une gommette porte-bonheur donnée par l’éducatrice.
Le toutou fétiche de la garderie et le foulard de maman (objets de réconfort).
Un animal de compagnie, Gilbert le poisson!
On a essayé de dormir avec lui DANS notre lit. J’ai rarement vu quelqu’un autant bouger en dormant et résultat, moi je ne dormais plus du tout.

Ça a duré un peu trop longtemps, la fatigue s’accumulant.

Vous auriez dû voir ma tête en pleine classe le lendemain d’une nuit mouvementée. Le jour où je devais donner mon avis sur une trentaine de mandats variés pour des projets synthèses d’étudiants. Pas de farce, j’ai failli m’évanouir. Mon cerveau était un jello. J’étais verte. Alors on a décidé de faire un compromis. Moi, le chum et fiston.

Il y a un matelas gonflable de voyage au pied de notre lit. Fiston doit s’endormir dans SON lit, dans SA chambre, mais il a le droit de venir nous visiter la nuit s’il a peur ou a besoin de réconfort. Ça arrive encore quelques fois par semaine.

Le calendrier de motivation sur la porte commence à marcher un peu. Il comprend qu’il aura droit à quelque chose de l’fun s’il dort toute la nuit dans sa chambre sans nous réveiller. Genre une crème-glacée à la crèmerie, aller dans un nouveau parc, etc.

Pour terminer sur une touche positive, Laurent raconte des choses mignonnes comme tout ces temps-ci, je les note dans un carnet pour m’en souvenir dans quelques années. Il est dans une phase de câlins et de «je t’aime» intense et ça aide à passer au travers.

Mais quand même. Un peu fatiguée la fille ;-)

gilbert_4544Gilbert le poisson

blizzard

10 mars 2016 — Laisser un commentaire

blizzard_intro4152blizzard_8575blizzard_8566blizzard_8550

Coucou. La vue devant ma porte.

blizzard_8520blizzard_8509

Quelques souvenirs du blizzard de la semaine dernière. Prisonniers de la maison. Une montagne à pelleter… Je ne sais pas pour vous, mais j’ai TELLEMENT hâte au printemps. #fleurs #vert #parc #soleil

Parlant de température moche, avez-vous entendu parler du livre «Maudit hiver» d’Alain Dubuc? Il y a des faits scientifiques, des comparaisons, des anecdotes sur notre climat. Ce livre nous explique d’ailleurs pourquoi les scandinaves aiment tant l’hiver (indice: leur climat n’a RIEN à voir avec le nôtre). Mon chum l’a lu et n’arrêtait pas de me citer des extraits…un peu découragé.

«Québec (…), Saskatoon et Winnipeg sont les villes les plus froides du monde développé, à part les villes sibériennes d’Irkoutsk et de Novossibirsk.»

Cheers les amis!

les résolutions

25 février 2016 — Un commentaire

intro_resolution

Finalement ces résolutions, les tenez-vous encore en ce 25 février?

Je le sais que c’est super cliché les résolutions de début d’année, mais j’aime ça! J’en ai tout plein et ça fonctionne pas pire. Je vous donne mon astuce.

Comme probablement 95,5% des femmes, j’ai déjà pensé «perdre 5 livres», «raffermir le mou», «faire plus de sport» et «manger moins de sucre». Mais j’ai décidé d’arrêter ça. Mes résolutions sont devenues une liste de choses précises que je désire faire/vivre/voir dans l’année plutôt qu’un objectif vague de quête de la perfection. Cette liste du bonheur, je la débute quelques jours après mon anniversaire. Et laissez-moi vous dire qu’en septembre, il y a beaucoup moins de pression que le 1er janvier… Comme ma liste comprend plusieurs items, je m’assure de vivre quelques petites victoires persos à la ligne d’arrivée. Et ça, c’est bon pour l’égo. Ça semble anodin de cocher  «cuisiner un poulet maison» (j’en ai déjà parlé ici), mais au bout de plusieurs années force est de constater que les réussites s’accumulent.

  • Il y a eu les 5 années où je voulais un bébé
  • Il y a eu l’année où je voulais apprendre le HTML5 et WordPress (allo blogue!).
  • L’année où je désirais régler mon testament chez la notaire (fait!).
  • Et les nombreuses années où j’ai voulu diminuer ma consommation de Pepsi diet (still in progress).

Quand je souffle une nouvelle bougie, j’ouvre la liste dans mon ordi et je coche les items réalisés. Voici des extraits de ma liste de 37 ans… Vous allez voir que ça passe de l’important à l’insignifiant merci. Mais je m’assume.

Apprendre

  • assister à un cours sur les vins ou les cocktails
  • visionner des vidéos créatifs sur Skillshare
  • créer des projets persos de design à l’occasion (tout est dans le mot «occasion»)

Santé

  • faire du patin cet hiver et recommencer à faire du vélo cet été
  • boire moins d’alcool, par exemple pas de 5 à 7 entre le lundi et vendredi (sauf si visite ou resto)
  • voir un/une amie à chaque semaine idéalement

S’amuser

  • aller en voyage hors Québec cet été
  • cuisiner plusieurs nouvelles recettes
  • aller écouter du jazz et prendre un drink dans un hôtel
  • bruncher au resto Ciel pour voir la vue de Québec
  • aller voir un spectacle avec chéri
  • louer un chalet en famille ou entre amis
  • aller au cinéma au moins une fois bonyenne
  • manger au Légende pour notre anniversaire de couple

Maison

  • ce printemps, peindre et aménager le garage et la terrasse
  • cet été, faire le toit :-( shit
  • avant l’automne, aménager un petit coin «foyer extérieur», si le toit ne m’a pas trop ruiné (on garde espoir)

Laurent

  • lâcher prise sur la bouffe s’il ne mange pas
  • jouer dehors plus souvent
  • lui faire découvrir Montréal cet été
  • le rendre propre, idéalement avant le secondaire

 

Et de votre côté, avez-vous une tradition de résolutions annuelles?

—–

en entête de l’article,  l’année de mes 34 ans. Cette année là, tout ce que je voulais c’est dormir! ;-)

L’hiver est bien là, on est plus souvent à l’intérieur que l’on aimerait n’est-ce pas? C’est le temps de l’année où l’on se pose la sempiternelle question : «à quoi on joue?». J’ai écris un article à ce sujet l’année dernière qui s’adressait aux enfants de 2 ans, mais je réalise que l’on fait encore pas mal tout ça à 3 ans… Alors, gênez-vous pas d’aller piger des idées dans cette liste si vous avez un petit joueur à la maison.

J’ajoute deux trucs que j’ai essayé dernièrement.

Bouffe en pâte à modeler

pate_modeler_bouffe

À trois ans, mon fils fait des serpents et utilise les moules pour pâte à modeler, that’s it, that’s all. Et je dois l’aider avec les moules (avec ma force phénoménale). Ce qu’il préfère? Nous regarder faire. «Papa fait un éléphant!» (mon chum est excellent là-dedans). Le problème avec la pâte à modeler, c’est d’utiliser toujours le même thème – genre les animaux et les moyens de transport. Que de plaisir d’explorer un nouvel univers : la bouffe! On a bien rigolé à créer un spaghetti aux boulettes, une laitue et un verre de lait avec sa paille molle (hilarité du fils). Les possibilités sont infinies! Qui veut essayer le sushi?

Le mini carré de sable portatif

minicarre_sable

Désolé pour la photo floue, mais vous allez comprendre le concept. J’ai trouvé ça sur Pinterest, j’ai immédiatement adoré l’idée. Ça coûte moins de 10$ et l’enfant est facilement impressionné.

Matériel :

  • un gros contenant en plastique du Dollorama
  • du couscous extra fin à l’épicerie (une grosse poche)
  • des lentilles blanches sèches à l’épicerie (une autre grosse poche)
  • vous pouvez agrémenter de roches ramassées sur le bord de la mer et de faux arbres d’un kit de lego/playmobil/construction (j’ai acheté de petites pierres au dollorama, mais je ne le conseille pas, ça pollue pour rien, je regrette cet achat).
  • garochez des petits camions de construction
  • enfant content

Autre idée que l’on veut essayer avant la fin de l’hiver

  • Patiner en poussant Laurent dans la poussette (c’est permis à l’anneau de glace Gaétan Boucher)
  • Aller au Village Nordik du port de Québec 
  • Aller glisser kekpart avec des amis
  • Faire un fort
  • Retourner au MNBAQ. L’expo «Derrière la porte» dure jusqu’au 31 janvier.  Laurent a bien aimé les tricycles! On a d’ailleurs décidé de rentrer le sien à l’intérieur de la maison par la suite.

IMG_3691

faire du tricycle dans un musée! 

 

—-

Vous avez d’autres idées?

 

3 ans avec toi

7 janvier 2016 — 2 commentaires

3ans_8333

Bonne année 2016!
Je vous souhaite la tranquilité d’esprit, pas de souci et de la santé.
Et du fun aussi. Un gros sac plein.

Qui dit fin d’année, dit anniversaire de mon fils (26 décembre, date poche). Pour une deuxième année de suite, nous avons souligné l’événement une semaine avant sa fête. La famille était là avec des cousins, on a utilisé la formule brunch et les grands-parents ont cuisiné et décoré un SUPERBE gâteau.

Ce qui a rendu Laurent fébrile? Les ballons à l’hélium. Regardez son visage sur les photos, c’est le bonheur à l’état pur. Le meilleur investissement avec un enfant de cet âge…15$ et ça dure encore. On est le 7 janvier et le tiers des ballons flottent encore dans le salon!

Par curiosité, j’ai relu l’article de ses 2 ans. Il adore toujours autant danser, chanter, jouer avec les autos et jaser jaser jaser. Et c’est toujours compliqué à l’heure des repas (on tente de prendre ça zen en 2016, watch out).

Voici quelques souvenirs des derniers mois, je les conserve précieusement.

Laurent

Si l’année 0 à 1 an était le chapitre de l’alimentation, du dodo et du caca
(le guide «mieux vivre» ne parle que de ça…)
que l’année 1- 2 ans était celle du mouvement
(marcher, monter, grimper, glisser, ouvrir, fermer les portes, repeat)
la dernière année était définitivement celle du langage.

Des phrases de plus en plus complexes, des expressions, des chansons, du oui et du NON, de l’attitude, quelques danses du bacon en public, mais vraiment pas tant que ça.
Sauf LA fois chez le coiffeur.
Tu t’affirmes, pas de doute, c’est une phase.
Mais le «terrible two» n’était pas si terrible après tout.

Tu as eu une passe très gêné à 2 ans et demi, durant les vacances d’été.
Tu ne voulais pas approcher les autres enfants. Tu avais peur.
Tu ne voulais pas jouer au parc ni te baigner dans les jeux d’eau.
Tu as pris beaucoup d’assurance depuis, c’est beau de te voir aller.

Tu demandes maintenant à jouer.
«Maman, viens jouer avec moi».
J’aime ta bouche croche quand tu es déçu ou gêné.
Ton imitation de l’accent british pour jouer à «boire du thé».
Tes yeux mi-clos quand tu te fais mielleux pour avoir du sucre.
Ton «je t’aime» avant l’heure du dodo.
Ton «je suis bien» quand je te borde dans ton lit.
Ton plaisir à te faire raconter des histoires. «Encore une autre!»
Ton plaisir à apprécier la présence de tes cousins, tes grands-parents et nos amis.
Tes expressions françaises (c’est ton éducatrice qui t’influence!).
«Maman, j’ai fait une grosse bêtise».
«Regardez, ce sont des oiseaux!» (CE SONT!)
«oh oh, j’ai perdu une chaussette».
À danser dans le salon, le nez en l’air comme Snoopy.
À inventer des dialogues loufoques avec tes jouets.
À remarquer la lune, les avions, les camions, la neige, les garages, les ascenseurs.
Le début de ton sens de l’humour.
Des allusions à des pets bien sûr…

Et surtout, cette belle routine que tu as le matin de courir dans ma chambre au réveil, de lever les couvertures, de monter dans le lit et de te coller pendant quelques minutes en silence.

Des fois, tu flattes ma main.

3 ans mon grand.
3 ans.

3ans_8338 3ans_8375 3ans_8374 3ans_8323 3ans_0215 3ans_0192

La série  «… mois avec toi» m’aide à archiver les étapes de notre fils, pour mieux m’en souvenir dans quelques années. Pour voir d’autres billets :
6 mois8 mois9 mois10 mois11 mois1 an14 mois18 mois20 mois21 mois, 2 ans