Archives de juillet 2013

attente

arrivee

Laurent à 2 semaines (face de Mister Magoo)

retour

Ça y est, comme avant chaque rentrée scolaire, j’ai recommencé à penser/rêver au travail depuis quelques jours. Le genre de rêve où l’on découvre que l’école est recommencée et que l’on a oublié de se présenter à ses cours depuis des semaines? Oui, sauf que moi je suis la prof c’est encore plus freakant… Cette année, c’est un peu spécial. À partir du 12 août, je laisse mon chum prendre le relais du congé parental et je retourne enseigner à temps plein au Cégep.

quoi, déjà?

C’est cliché hein? Tout le monde dit ça.

Comment tu prends ça?

C’est généralement la deuxième question qui suit. Pour être honnête, ça me rend triste/nerveuse/énervée/fébrile en même temps, un genre de mashup d’émotion difficile à décrire. Mais bonne nouvelle pour la diversité de ce blogue, le retour au travail annonce une nouvelle rubrique «vie de prof» dont le premier article traite de la rentrée scolaire.

La rentrée pour les profs

On «entre» toujours une semaine avant les étudiants afin de préparer la rentrée, des fois même plus tôt. Concrètement, ça veut dire quoi?

  • finaliser ses plans de cours (amorcés avant le début des vacances si possible). C’est dans ce document que l’on résume les activités et les projets du cours. Remarquez que je dis «SES» plans de cours, car l’on enseigne généralement plusieurs matières. Dans notre technique, c’est souvent 2 cours par session et ceux-ci peuvent varier d’une année à l’autre. À titre d’exemple, j’ai préparé plus d’une douzaine de cours depuis mes débuts en enseignement. Yep!
  • finaliser ses calendriers. C’est un aide-mémoire qui résume les 15 semaines du cours (théories, remises, examens) et qui indique où le prof s’en va.
  • finaliser le journal de bord du cours 1 (pour chaque matière enseignée). Perso, je préfère planifier les 2-3 premiers cours afin de ne pas être prise à la gorge en cours de session. Le journal de bord, c’est un document dans mon cartable où je décris le contenu détaillé de chaque cours et le temps accordé pour chaque activité. Sans ça, impossible de savoir les démos à planifier, la théorie à expliquer ou encore les exemples visuels à trouver pour appuyer mes propos. Il faut aussi préparer des documents aux étudiants, car il n’y a pas de livres dans notre programme. Ça demande de la réflexion et beaucoup, beaucoup, beaucoup de temps. C’est une grosse partie du travail. Alors, si vous vous demandez ce que les profs font dans leurs bureaux entre les cours… Bien c’est ça. OU de la correction ;-)
  • assister à quelques réunions, la plus importante étant celle où l’on approuve les plans de cours de chaque prof, question d’éviter les mêmes thèmes/projets dans le programme et de s’assurer que les compétences soient respectées. Il y a aussi une réunion où l’on planifie les achats de l’année, les objectifs de l’équipe, les responsables de comités, etc.
  • organiser les locaux, par exemple s’il manque des ordis, tables, chaises, si la poussière est retombée depuis le ménage de l’équipe technique.
  • commencer à planifier l’activité d’accueil des étudiants de notre programme
  • participer à l’activité d’accueil des employés (où la direction présente les différents projets à venir, les objectifs, le bilan, des nouvelles importantes, etc).
  • faire quelques lectures pour nos cours (temps difficile à trouver malheureusement)

On ne se tourne pas les pouces, sauf les deux premières heures où l’on se raconte nos vacances autour de 1000 cafés en riant comme des folles dans le couloir (comme dans chaque bureau quoi). D’ici là, je vais profiter de mes 2 dernières semaines de vacances avec fiston, alors ne soyez pas surpris si ce blogue est sur le neutre.

Publicités

pitfall_5748

Ça, c’est Pitfall. Un jeu Atari qui a marqué mon enfance, mais sincèrement je ne sais pas pourquoi. Je l’ai revu à l’expo sur les jeux vidéos au Musée de la Civilisation et ça m’a donné le goût de replonger dans mes souvenirs. Oh! mais pas n’importe lesquels, ceux autour du design : couleur, objet, déco, mode. L’exercice est très rigolo, essayez pour voir. Par exemple, je me rappelle d’avoir eu une phase intense de mauve durant l’enfance. MAUVE! Pour être exacte, je voulais que tout soit dans la teinte de lilas – surtout ma chambre – mais heureusement mes parents ont résistés. J’avais même un pyjama onepiece en velours de cette couleur, il y a quelque chose de pire? Oh, mais un instant… je crois avoir eu une chambre mauve. En tout cas.

lilas

Les yeux fermés, j’ai continué à visualiser ma chambre d’enfant et j’ai vu des peluches, des livres Archies, des confettis effet miroir, une sculpture miniature d’un vélo, des vêtements en corduroy, des Converse mauve, une veste K-Way, un BMX, des légos, une Barbie Jem, une doudou pastel, un boulier en bois, des gommettes qui sentent bon (ah root beer), une boîte de Crayola, le poster d’un château et un cadre en forme de coeur avec la photo de mon chien… Wow, une vraie graine de designer ;-)

À l’exception des événements et des gens, que retenons-nous de notre enfance? Quelles images / objets / textures s’imprègnent dans notre mémoire, et pourquoi? C’est fascinant et c’est sans parler des odeurs, c’est un monde en soi. Une forte empreinte de ma jeunesse est celle des réglettes de mathématique utilisées à l’école primaire, je peux déceler à 1 km de distance l’émanation plastique de ces foutus bâtonnets. Je déteste les maths, ça paraît? À l’opposé, la gouache a une odeur agréable et la texture du papier glacé me replonge 30 ans en arrière.

J’ai le sourire aux lèvres et je pense à mon Laurent.
Que va-t-il retenir de son univers?

 

Cet article sur le blogue de Marianne Prairie m’a fait rigoler. C’est vrai que l’on a tendance à montrer le beau côté des choses sur nos blogues, même en ce qui concerne les problèmes et déceptions de la vie de famille. Je pense qu’il s’agit d’un système de défense de l’être humain, pour avoir L’IMPRESSION d’avoir le contrôle sur sa vie (mouha ha ha ha – rire satanique). Alors je participe à ma façon en parlant du choc rêve/réalité avec un bébé, c’est-à-dire «les premières fois». Parents, vous savez de quoi je parle.

  • La première ballade en poussette où l’on imagine bébé pointant un papillon en souriant (réalité, il dort tout le temps et n’a rien à foutre du décor).
  • Le premier pique-nique où la famille déguste un repas au soleil en riant (mais il braille sa vie, car il a faim au moment où vous voulez attaquer votre lunch).
  • La première baignade où l’on s’imagine le voir rire aux éclats et battre des pieds (sa réaction faciale se résume plutôt à : QUÉSSÉ ÇA?).
  • Le premier repas de nourriture solide où l’on s’amuse à faire découvrir les aliments (Lui : AR-KE! Ça me roule dans la gueule).
  • La première journée à la plage où l’on s’amuse dans le sable (Non mais, quel enfer la plage? Le vent et le sable dans les yeux, trop de soleil pour sa peau fragile, la chaleur qui le rend inconfortable).

Oui oui, je sais… Ça viendra. Il est encore jeune et il va bientôt découvrir et apprécier ces plaisirs. C’est juste que c’est toujours différent de l’image que l’on se crée dans notre tête. Alors j’imagine qu’il faut en rire en attendant le bon moment. Heureusement, il sait nous décrocher un sourire dans une situation inattendue. Alors là, notre cœur fond!

boring2

Château Frontenac = plate

boring

Promenade Samuel-De Champlain = super plate

overrated

La plage = tellement rigolo?
N’essayer pas de changer une couche là-bas, mauvais plan.

hellyes

Même journée, même attitude.

ouach

Heure du repas = on a un fun noir!
À sa défense, qui aimerait ça des courgettes sans sel, sans poivre, sans beurre, sans goût?

La ferme

20 juillet 2013 — 3 Commentaires

IMG_5667

Un soir de canicule, j’ai dit à mon chum :

heille, il me reste de l’argent dans le budget vacances, on part dans Charlevoix.
Wild de même.

Je suis encore sur un nuage. J’ai eu un gros, GROS coup de coeur pour La ferme, un hôtel particulier à Baie-Saint-Paul. Particulier, car il y a un train privé qui mène à l’endroit (mais la voiture est plus économique) et le complexe hôtelier est constitué de plusieurs bâtiments. Bref, c’est un genre de camp de vacances pour adultes. En entrant dans la chambre, j’étais aussi excitée qu’une adolescente à l’émission Décore ta vie. Je devais me retenir pour ne pas pousser des cris stridents, en répétant comme une folle «oh mon dieu».

Regarde la lampe industrielle! Les oreillers fabriqués avec un métier à tisser! Le bois de grange! Les ampoules Edison!

Le plafond de la chambre était impressionnant, plus de 18′ de haut. On trouvait ça bien cool, jusqu’à ce que fiston découvre le potentiel de l’écho pour faire des vocalises… À 1h du matin. Puis à 3h. Mais c’est beau, magnifique. L’architecture et le design ont pour thème le milieu agricole, avec des clins d’oeil raffinés et une approche contemporaine (pas style «Fardoche»). Rien n’est laissé au hasard, pas même la signalétique et le design graphique. Les environs sont pas mal aussi : champs à perte de vue, jardins fleuris, vue sur les montagnes et le fleuve à l’horizon. Être riche, je resterais longtemps à prendre l’apéro sur les chaises Adirondack à manger la bonne bouffe du resto Les Labours. Être riche, ouais… dans une autre vie peut-être, mais pour l’instant j’avais du budget pour 2 jours seulement.

Petite anecdote, je suis officiellement un aimant à vedettes. Après Curieux Bégin, voilà que je rencontre Boucar Diouf. Je demande donc à l’univers de m’envoyer Ryan Gosling durant notre prochain voyage.

IMG_5686

le bâtiment principal

IMG_5648

IMG_5608

expo photo dans la cour

IMG_5625

deux arcs-en-ciel en même temps, on ne pouvait pas s’empêcher de penser à
double rainbow…..all the way….what does it mean?….
(pour ceux qui ne comprennent pas la référence, c’est par ici)

IMG_5675

bouteilles de lait / lampes

IMG_5573

fameux oreillers en tissage, nostalgie d’enfance

IMG_5677

IMG_5586

IMG_5581

IMG_5696

il y a un sentier derrière l’hôtel qui mène à la plage, ça fait des mausus de belles photos

IMG_5713

et un beau spot pour feu de camp (même pas besoin de l’allumer, l’hôtel s’occupe de ça)

IMG_5658

au centre-ville, il y a une expo de Marc Séguin au Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul
MAN! Marc Séguin! Genre l’artiste québécois le plus reconnu mondialement en ce moment?

Baie Saint-Paul, tu ne sais pas à quel point tu es un village béni des dieux.

32°

17 juillet 2013 — Poster un commentaire

chaud

Alors, vous dormez bien?
Pas moi.

Malgré l’air climatisé qui crache sa vie comme ça se peut pas, l’énergie est pas mal à plat, car Laurent ne passe pas de belles nuits. À ce jour, j’ai essayé ces méthodes : la baignade, les débarbouillettes d’eau froide, plus de boires, le ventilateur (il aime pas), dormir en couche, les siestes à l’ombre au parc. Si des parents ont un truc magique, manifestez-vous ;-)

Sinon, on chialera pas, c’est enfin l’été et il fait soleil. Sur un coup de tête, nous avons décidé de visiter un endroit que je rêvais de voir cet été. Une courte escapade design :-)