vie de prof : retour au travail

29 juillet 2013 — 5 Commentaires

attente

arrivee

Laurent à 2 semaines (face de Mister Magoo)

retour

Ça y est, comme avant chaque rentrée scolaire, j’ai recommencé à penser/rêver au travail depuis quelques jours. Le genre de rêve où l’on découvre que l’école est recommencée et que l’on a oublié de se présenter à ses cours depuis des semaines? Oui, sauf que moi je suis la prof c’est encore plus freakant… Cette année, c’est un peu spécial. À partir du 12 août, je laisse mon chum prendre le relais du congé parental et je retourne enseigner à temps plein au Cégep.

quoi, déjà?

C’est cliché hein? Tout le monde dit ça.

Comment tu prends ça?

C’est généralement la deuxième question qui suit. Pour être honnête, ça me rend triste/nerveuse/énervée/fébrile en même temps, un genre de mashup d’émotion difficile à décrire. Mais bonne nouvelle pour la diversité de ce blogue, le retour au travail annonce une nouvelle rubrique «vie de prof» dont le premier article traite de la rentrée scolaire.

La rentrée pour les profs

On «entre» toujours une semaine avant les étudiants afin de préparer la rentrée, des fois même plus tôt. Concrètement, ça veut dire quoi?

  • finaliser ses plans de cours (amorcés avant le début des vacances si possible). C’est dans ce document que l’on résume les activités et les projets du cours. Remarquez que je dis «SES» plans de cours, car l’on enseigne généralement plusieurs matières. Dans notre technique, c’est souvent 2 cours par session et ceux-ci peuvent varier d’une année à l’autre. À titre d’exemple, j’ai préparé plus d’une douzaine de cours depuis mes débuts en enseignement. Yep!
  • finaliser ses calendriers. C’est un aide-mémoire qui résume les 15 semaines du cours (théories, remises, examens) et qui indique où le prof s’en va.
  • finaliser le journal de bord du cours 1 (pour chaque matière enseignée). Perso, je préfère planifier les 2-3 premiers cours afin de ne pas être prise à la gorge en cours de session. Le journal de bord, c’est un document dans mon cartable où je décris le contenu détaillé de chaque cours et le temps accordé pour chaque activité. Sans ça, impossible de savoir les démos à planifier, la théorie à expliquer ou encore les exemples visuels à trouver pour appuyer mes propos. Il faut aussi préparer des documents aux étudiants, car il n’y a pas de livres dans notre programme. Ça demande de la réflexion et beaucoup, beaucoup, beaucoup de temps. C’est une grosse partie du travail. Alors, si vous vous demandez ce que les profs font dans leurs bureaux entre les cours… Bien c’est ça. OU de la correction ;-)
  • assister à quelques réunions, la plus importante étant celle où l’on approuve les plans de cours de chaque prof, question d’éviter les mêmes thèmes/projets dans le programme et de s’assurer que les compétences soient respectées. Il y a aussi une réunion où l’on planifie les achats de l’année, les objectifs de l’équipe, les responsables de comités, etc.
  • organiser les locaux, par exemple s’il manque des ordis, tables, chaises, si la poussière est retombée depuis le ménage de l’équipe technique.
  • commencer à planifier l’activité d’accueil des étudiants de notre programme
  • participer à l’activité d’accueil des employés (où la direction présente les différents projets à venir, les objectifs, le bilan, des nouvelles importantes, etc).
  • faire quelques lectures pour nos cours (temps difficile à trouver malheureusement)

On ne se tourne pas les pouces, sauf les deux premières heures où l’on se raconte nos vacances autour de 1000 cafés en riant comme des folles dans le couloir (comme dans chaque bureau quoi). D’ici là, je vais profiter de mes 2 dernières semaines de vacances avec fiston, alors ne soyez pas surpris si ce blogue est sur le neutre.

Publicités

5 Réponses vers vie de prof : retour au travail

  1. 

    Rebonjour! Je viens de voir passer cet article sur les médias sociaux http://www.lactualite.com/societe/oui-je-connais-justin-bieber-et-jai-un-ipod/
    Je me demandais ce que tu en penses… La réalité des profs m’interpelle beaucoup! Cet article me semble un bon portrait de la réalité, mais j’aimerais connaître ton avis sur la question… Mais ce n’est peut-être pas le meilleur endroit pour en parler…

    • 

      J’ai effectivement lu cet article, car plusieurs collègues ont partagé le lien sur Facebook. C’est un portrait très réaliste de la profession, mais certaines situations sont différentes au niveau collégial (l’auteure de l’article enseigne au secondaire). À chaque niveau d’enseignement ses problèmes (et ses avantages). Par exemple au collégial, on a pas les parents «dans les pattes»;-) Je n’ai jamais pensé quitter l’enseignement, mais j’ai remarqué qu’il y a des coupures importantes depuis 2-3 ans et ça commence sérieusement à miner le moral des troupes, car la tâche est de plus en plus lourde. On doit enseigner à plus d’étudiants et en montrer davantage et plus rapidement, participer à plus de comités et autres fonctions administratives. Bref, bien des PLUS. Je crois que la détresse est encore plus palpable au niveau primaire/secondaire, mais c’est une impression personnelle. En général, c’est un métier magnifique. On a souvent mal à la tête le soir, on travaille souvent les fins de semaine, la correction est pénible, mais les bons côtés compensent beaucoup. Ce que l’auteure dit à la fin de son texte est tellement vrai : rare sont les métiers où l’on marque un être humain au point qu’il se souvienne de nous pour des décennies.

      • 

        Merci BEAUCOUP pour ta réponse! Je l’apprécie énormément! J’en ai parlé avec des enseignantes du primaire et du secondaire, et elles m’ont parlé d’un phénomène assez fou dans leur milieu : prendre des vacances pour corriger des textes ou des travaux!!! C’est du zèle ça madame! Le sujet des corrections me semble d’ailleurs assez problématique, parce que ce sont des milliers d’heures non comptabilisées qui sont faites et qui ne sont pas payées. Enfin, elles sont payées, mais je suis certaine que si chaque professeur comptabilisait toutes ses heures, et qu’on calculait le salaire à l’heure, on en viendrait à un salaire horaire ridiculement bas! Je ne suis pas enseignante, mais ça me fâche que certains dénigrent votre travail ou vous font vivre de l’intimidation… Comme je le disais à mes amies enseignantes, il faudrait qu’on fasse un site Web où tous les employés de l’État pourraient partager leurs expériences de façon anonyme, comme ça les préjugés tomberaient peut-être! (Peut-être pas pour certains postes, mais au moins on aurait l’heure juste! Et je suis ABSOLUMENT CERTAINE que les gens verraient les profs de façon différente; qu’ils les comprendraient mieux et qu’ils les encourageraient davantage!

        Bon, comme tu vois, c’est un sujet qui me touche beaucoup, et je ne suis même pas employée de l’État! :D Bref, je te remercie de m’avoir répondu, ça me donne une idée de ton quotidien et de ton vécu :) Merci de partager!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s