Archives de octobre 2013

10 mois avec toi

30 octobre 2013 — Un commentaire

10mois

Une autre tradition : les petits résumés (il y a eu celui de 6 mois, 8 mois et 9 mois). Je me suis dit que tant qu’à y être, vaut mieux poursuivre jusqu’à 1 an.

Quoi de neuf? Alors c’est officiel, je déclare 10 mois comme étant mon stade préféré de la dernière année. Tout est un peu plus simple : repas, dodo, sieste, routine. Garçon est particulièrement de bonne humeur ces jours-ci, il réussit à nous toucher droit au coeur au moins une fois par jour.

J’ai l’impression qu’il a eu une grande évolution en 30 jours, mais j’ai de la difficulté à énumérer les choses. C’est plutôt un sentiment vague, le feeling qu’il y a plein de déclics dans sa tête, un gros feu d’artifice de découvertes. LA grande nouveauté c’est que Laurent marche à 4 pattes par en avant. On entend ses petites mains frapper le sol et sa respiration rapide (genre surexcité) quand il avance. Il a une face de gars content, comme s’il en revenait pas lui-même de son agilité. Il faut le suivre partout, sinon c’est clair qu’il va aller goûter le bol de toilette. Pauvre enfant.

Alors, petit compte rendu pour ne rien oublier de ce stade agréable.

À 10 mois, fiston:

  • marche solidement à 4 pattes, recule, s’assoit, se met à genoux et tente de grimper sur le divan
  • peut se tenir seul debout, en s’accrochant aux meubles, l’air vraiment content
  • reconnaît clairement son nom
  • réagit fortement en voyant une photo de nous (on se texte des images)
  • aime faire dodo sur le ventre, les fesses dans les airs, la tête tout croche, collé sur le bout de son lit (au grand dam de sa mère)
  • mange sans trop rouspéter, alors on en profite pendant que ça passe
  • adore le mélange porc, poireaux, pommes (ça semble gourmet, mais ça goûte la bouette)
  • babille beaucoup, il fait des papapapa (quand il est heureux), mamamamama (quand il chigne, allez comprendre)
  • est observateur, adore toucher les textures, les roues, le mécanisme des objets, les petits morceaux
  • tire les cheveux, mange notre nez, bave sur l’épaule, croque ma joue et perce mon chandail avec ses 4 p’tites dents
  • ne veut plus rien savoir de la suce depuis plusieurs semaines (shit)
  • a commencé à côtoyer son éducatrice et son bébé quelques heures par jour (garderie en milieu familial). On fait ça tranquillement, c’est graduel, très smooth. Objectif temps plein dans un mois.

Là, il y a l’hiver qui s’est pointé le bout du nez et qui a gâché la belle ambiance. Parce que mettre un suit + un cache-col + des mitaines + des bottes à un bébé + descendre les marches avec la poussette = c’est un peu l’enfer.

OH! mais c’est tellement beau l’hiver!
YEAH RIGHT, le premier jour.
Pis en passant, c’est l’automne.

Bon halloween tout le monde, je vais sûrement avoir quelque chose à raconter là-dessus dans le prochain billet.
Boo!

les traditions

29 octobre 2013 — 3 Commentaires

intro_finsemainefilles

La fin de semaine dernière avait lieu ma traditionnelle «fin de semaine de filles». Je suis de celle qui tient aux traditions, c’est mon côté nostalgique. Celle-ci est vieille de 13 ans et j’aimerais qu’elle se poursuivre toute ma vie.

Ces copines, c’est 4 amies de mon enfance et adolescence. À chaque automne, nous faisons tout en notre pouvoir afin de nous réunir dans un chalet. Le concept est simple : on s’isole, on prend de l’alcool, on mange des cochonneries et on tente de résumer l’année qui vient de passer. Ça jase fort! Cette année, les sujets chauds portaient sur la conciliation travail/famille, le partage des tâches, l’éducation des enfants, le travail, les rêves, les projets concrets et bien sûr… la sempiternelle phrase «j’me trouve grosse». Jamais contente de notre beau body, même lorsque l’on avait 20 ans *soupir.

Une tradition est une tradition.

Il y a eu l’édition sportive (Saint-Hilarion), les éditions glamour avec restos et magasinage (Québec), les éditions trash dans notre jeune vingtaine (la cabane sans toilette à Chicoutimi), l’édition où l’on a testé la patience d’une femme enceinte (Saint-Fabien), les éditions «bobos» (Charlevoix) et l’édition où l’on a réussi à se perdre solidement en chemin (Anse St-Jean). Cette année, c’était le retour d’un grand classique : location d’une vieille maison dans le coeur de Baie-Saint-Paul. Nous avons déclaré cette ville le centre du Québec, pratique pour des filles de Québec, Montréal et Baie-Comeau.

Ma gang de filles, c’est une ancre dans ma vie. On ne se voit pas souvent, mais ce n’est pas grave. On a vécu ensemble les premiers amours, les séparations, les décès, les études, les premiers emplois, l’âge adulte, l’arrivée des enfants. Être ensemble est réconfortant, une doudoune, une stabilité dans notre vie, une assurance pour notre tête et notre coeur. C’est un peu comme rentrer à la maison.

Merci les filles d’être encore là.

grasse_matinee

 thank god, grasse matinée

lecturedefilles

de la grande lecture

centreville_baiestpaul

ballade sur la Main de Baie-Saint-Paul

lesfilles

bouffe_baie-st-paul bonbons outardes

avec le son des oies qui quittent le Québec

retour_neige2

et la mausus de première neige

bf47110191286de7f3ef45565bda0241

Image via Architectural Digest, photographie par Simon Watson

Vous savez que je suis une passionnée de déco?
J’ai franchement hâte de trouver la nouvelle maison pour m’amuser, mais on attend la fin de l’hiver pour recommencer la chasse.

Patience Marie, patience…

Le «hygge» (à prononcer grosso modo «hugua») est un art de vivre provenant du Danemark. Il prône le confort et l’authenticité et son approche a entre autres influencé le domaine de la décoration intérieure. C’est fort joli comme tout ce que les scandinaves touchent.

Un style difficile à cerner par contre, mais il y a quelques repères.

  • Ambiance chaleureuse, authentique, conviviale
  • Chaleureux ne veut pas dire «champêtre», ça c’est loin du modernisme scandinave
  • Textures et motifs variés, on évite le «matchy-matchy»
  • Privilégier des tissus confortables
  • Pour le mobilier, faire cohabiter le neuf et l’usagé
  • L’usagé provient le plus souvent de la période faste du mid-century modern (ma période chouchou en design)
  • Lignes pures, sans ornementation… l’essence même du design (esthétisme et efficacité)
  • Forte présence du blanc, couleur lumineuse et dominante dans le design scandinave (pour compenser le manque de soleil)
  • Ou encore les couleurs claires, pastel, délavées
  • Des accents de noir, pour du contraste et équilibrer le tout
  • Des oeuvres d’art dans toutes les pièces, les regrouper ensemble pour plus d’impact
  • Le bois blond comme le bouleau ou encore les meubles en teck
  • Surtout se tenir loin des imitations, des faux-finis, des faux «vieux meubles», du tape-à-l’oeil

Si ça semble surfait, on passe à côté de l’essentiel. L’ambiance doit être un miroir du quotidien, le hygge c’est l’art de la perfection dans l’imparfait. Comme accepter les piles de livres qui traînent partout… C’est un courant à la mode depuis fort longtemps, mais l’authenticité ne se démode pas, non? J’ai découvert plusieurs moodboards de fans sur Pinterest, comme ici et . Et ce vidéo fort sympathique.

Ça y est, je rêve d’aller à Copenhague.
Ahhhh, ces Scandinaves.

l’heure délicieuse

20 octobre 2013 — 6 Commentaires

biere

À ma grande déception, l’heure des repas avec Laurent est encore un véritable combat. Il ne veut pas manger, recrache, fait la moue, boude, regarde ailleurs, repousse tout ce qui approche de son visage, pleure et rit en même temps. On a essayé les purées lisses, les mottons, les morceaux, les bâtonnets, les miettes, jouer avec les aliments, faire de la diversion, faire les clowns, faire l’avion avec la cuillère, modifier l’heure des repas et la quantité de biberons… Même jouer à coucou avec les aliments. Faut le faire.

Y’a rien qui marche. C’est long, pénible, une épreuve à chaque repas. Le pauvre n’est pas gourmand et j’espère royalement que c’est juste une phase. On stresse pas trop, on sait qu’il mange quand même à sa fin. Mais…. mausus que ça met la patience à l’épreuve.

Heureusement, il y a une parenthèse en soirée. C’est l’heure de l’apéro entre moi et Félix, le moment où l’on déguste une bière ou un verre de vin en préparant le souper. C’est un répit avant la tempête, un moment précieux pour nous. On jase de notre journée, on échange, on rigole. Pour obtenir ce moment de tranquillité, notre truc est de remplir une boîte de carton avec des jouets et de la déposer près de nous dans la cuisine. Laurent peut passer un bon 30 minutes à explorer le coffre aux trésors avant de vouloir se faufiler entre nos jambes.

On monte le volume de la radio (jazz!), on crée une ambiance agréable.

Voilà l’heure délicieuse. Il y en a d’autres, mais celle-ci est une arme redoutable contre le découragement.

grignotine bebe_faufile jeux_avantjeux_après

LRDS-Laurence-copy1-280x210

image: ABXstudio

Gros coup de coeur de fille cette semaine, l’émission La reine du shopping à Canal Vie. Merci à une autre émission chouchou C’est juste de la TV, pour la découverte. Sans blague, ce n’est pas aussi futile que ça semble être. J’ai appris plein de trucs pour mieux magasiner. Par exemple, quels tissus rechercher pour un maillot de bain de qualité, comment reconnaître une belle finition de couture sur un vêtement, quels tissus apporter en voyage et à quel point on se fait avoir lorsque l’on achète une lunette de soleil de «marque». Instructif, oui oui!

Je suis déjà accro après un épisode.

Et très chouette le concept du logo avec le cintre ;-)