Archives de avril 2014

TPL Moms

22 avril 2014 — Un commentaire

Hey les parents, il y a un nouveau venu dans l’univers du blogue parental et c’est TPL Moms. Pour ceux qui étaient déjà fans de TPL (le blogue lifestyle Ton petit look), ce nouveau site est un ajout franchement sympa et le compagnon parfait dans les moments de procrastination. J’adore leur slogan «pour accompagner ton café froid».

Allez likez ça sur Facebook pour avoir plusieurs articles à vous mettre sous la dent chaque matin.

 

Publicités

Quelle belle fête que celle de Pâques, on a la parfaite excuse pour manger des cochonneries all day long puisqu’il y a du sucre partout dans l’apart (les grands-parents ont quand même collaboré avec une boîte de 12 poulettes des Pères Trappistes). Et si ce n’est pas assez, il y a toujours le fameux brunch entre amis qui bouche un coin. On a eu droit à du bacon, de la quiche, des bines, des patates, des crêpes, des biscuits, des scones, de la salade de fruits pour faire passer tout ça. Un peu de mousseux en plein après-midi pour casser la routine. Pis un gros café sur une terrasse pour se réveiller du coma.

Je ne sais pas pour vous, mais ce long weekend m’a fait un bien fou (et il reste encore une belle journée devant nous). On a pas voyagé vers une destination excitante, pas de restos gastronomiques, pas d’événements artistiques cool. Juste du temps avec des gens qu’on aime et plein de beaux souvenirs.

Joyeuses Pâques.

paques2paques3 paques4
paques6paques5

«l’après» poulette en chocolat

paques7

paques8

Comment occuper un petit de 15 mois un bon 15 minutes

paques9 paques10

paques11 paques12 paques14

il y a un an

12 avril 2014 — Un commentaire

montage15mois

avril 2013  VS  avril 2014 : plus de cheveux, mais face moins propre

 

J’étais curieuse de voir où nous en étions il y a un an et j’ai cherché une photo du mois d’avril 2013. Environ 4 mois, c’était la phase «petite boulette rose et dodue». À droite, Laurent a 15 mois et des poussières et peaufine sa technique de masque pour visage à l’avocat.

Bientôt 16 mois et plusieurs petites et grandes nouveautés dernièrement. Il joue avec ses bébelles, aime bien être dans les jupes de sa mère, marche partout, fouille partout, aime faire du bruit et de la musique, encastre les formes/empile/fait tomber/, fait «chin» avec son gobelet, boit à la paille, pointe tous les objets avec son index minuscule, jase avec nous dans un langage mystère, perfectionne l’art de s’enfuir de maman qui le poursuit dans le couloir.

J’ai mal aux genoux à force d’être sur le sol. Tous mes jeans sont scraps. Mais bon dieu, quelle phase croquable : des cuisses encore dodues, la peau douce, les cheveux qui sentent bon, les gros sourires, le sens de l’humour qui se pointe à l’horizon. Les pas dans le couloir, la découverte de plein de choses.

Et le soleil qui est enfin là depuis quelques jours.

 

La nostalgie me pogne à chaque déménagement. Je m’attache aux maisons moi, ça me rend triste de quitter un endroit pour la dernière fois. J’ai vraiment eu le gros «motton» quand j’ai visité pour la dernière fois ma maison d’enfance. Nos chemins n’allaient plus se croiser, car mon père déménageait dans une nouvelle région. La dernière heure avant mon départ, j’ai pris le temps de faire le tour de chaque pièce en pensant à toutes les aventures que j’y avais vécues.

J’ai vécu une tristesse moins grande, mais quand même significative lorsque j’ai quitté le loft en 2007. C’était le lieu où nous avions lancé notre entreprise, moi et mon chum. Dans cet appartement, nous avons osé nous lancer dans le vide, la tête pleine de projets personnels et professionnels. Le jour du déménagement, la dernière boîte entre les mains, j’ai eu la gorge nouée. Terminée cette époque folle, les rushs de contrats, les partys mémorables, la vie urbaine en plein coeur de St-Roch, les couchers de soleil du haut des airs, la jeune vingtaine, la vie devant soi.

On s’en allait dans une nouvelle vie à Limoilou, avec un condo à NOUS. Ce condo, je l’ai aimé pour ses détails : les boiseries, les murs de briques, la vieille quincaillerie, la vue extérieure du balcon avant, la tête dans les arbres, la lumière chaleureuse du matin dans le salon, la lumière vive dans la cuisine à l’heure de l’apéro. Elle a dû en voir de toutes les couleurs cette demeure depuis 1929! Pour ma part, je vais l’associer pour toujours à notre première année comme parents. L’attente du test positif, la grossesse, l’arrivée, les premiers mois, la découverte de notre fils, ses premières nuits, ses premiers mots, ses premiers pas.

Alors le jour du déménagement, la dernière boîte dans les mains, je vais probablement avoir la gorge nouée.

details_serrure details_portedetail_moulure details_murbriquesdetails_lambrisdetails_couloirdetails_balcondetails_couchersoleil

 

 

déménagement

2 avril 2014 — Un commentaire

demenagement

{  déménagement de marde, décembre 2007  }

La dernière fois que nous avons déménagés, nous quittions un loft au dernier étage d’un immeuble qui était desservi par un monte-charge (c’est gros, mais c’est très lent). Notre bureau de graphisme était à même notre logement, on avait donc beaucoup de stock et il y avait des boîtes partout. On continuait à travailler et à prendre les appels des clients dans ce bordel. Le jour «J» était un 15 décembre, en plein milieu de l’hiver et à quelques jours de Noël. Du genre, vraiment pas un bon plan, mais c’était une condition de vente non négociable.

Il y avait le froid, le vent, l’escalier enneigé (ahhh Limoilou – pour ceux de Montréal, il s’agit des mêmes escaliers que sur le Plateau)… la totale. On a attendu le camion des heures (en retard) et on a aidé les déménageurs à transporter les boîtes pour rattraper le temps, mais c’était peine perdue. Le déménagement a été laborieux par les conditions météo et la facture a été salée. On était exténués et traumatisés par l’expérience et je me suis promis de ne PLUS JAMAIS déménager l’hiver.

PLUS JAMAIS (entendre ici avec un effet d’écho).

Heureusement, mon souhait sera exaucé :-) nous quittons officiellement le condo à la fin mai. Yé! La prise de possession est un mois d’avance, c’est-à-dire dans quelques semaines et nous allons profiter de la maison vide pour peinturer les murs et faire des petits travaux (genre arracher le plancher de la cuisine et les rideaux). Et bien honnêtement, nous donnons 1 mois à Mère Nature pour faire fondre la neige.

Héhé, pas bête la fille.

On commence les boîtes?