insecurite2__3643

Il y a quelques semaines, mon couple a vécu sur des planètes différentes l’instant de 24 heures.

Mon chum a perdu son emploi, un emploi qu’il adorait depuis plusieurs années. Le lendemain, je recevais des mains de la direction ma permanence du Cégep de Sainte-Foy. Une permanence pour un emploi que j’adore, l’enseignement. Au cours de cette soirée de célébration, la direction du collège nous a lancé des éloges tout en nous souhaitant la bienvenue dans cette grande famille. Une famille bien privilégiée… Personne n’est dupe, on a de la chance d’être ici. Quelques verres de bulle avec une collègue, quelques blagues le temps de se changer les idées. Retour à la maison.

Novembre a décidé de souffler une tempête sur nous. Quand on se compare, on se console. Mon coeur saigne en entendant les nouvelles du monde entier, notre malheur est bien peu de chose face aux réfugiés.

Mais tout de même, la joie n’était pas très présente chez-nous. Grèves au Québec, austérité et problème de santé d’un proche qui nous a fait craindre le pire il y a 2 semaines. Heureusement, la médecine moderne est là.

Alors on était là-dedans. Et je n’avais pas vraiment le goût d’écrire.

Mais comme tout a une fin, mon chum commence son nouvel emploi la semaine prochaine. Joie, excitation, nouveau projet. On peut enfin recommencer à regarder en avant.

Bulle!

 

Photo de Sherbrooke (une petite escapade familiale, j’y reviendrai plus tard)
Citation extraite d’une touchante chanson de Renaud.

halloween 2015

7 novembre 2015 — Poster un commentaire

halloween15_MG_8275

Un petit coucou rapide pour laisser quelques traces de cet halloween 2015, le premier de Laurent pour la cueillette de bonbons. Il va avoir 3 ans dans 2 mois et je trouvais que c’était la bonne année pour commencer. Il a fait ça comme un champion, en moins de 30-45 minutes sa citrouille débordait. Pourtant, c’était pas gagné d’avance. À la première maison j’avais le goût de faire demi-tour, car il était très intimidé par les gens. C’était finalement de plus en plus facile à chaque fois… Disons qu’un enfant comprend assez vite le concept cool de «je frappe à la porte et je reçois des sucreries gratos».

Ma famille avait décidé de se rejoindre à la maison de mon frère. C’est un quartier où plus de 250 enfants passent l’halloween, alors il y a des décorations sur chaque maison. C’était idéal, pas besoin de marcher des heures avec mon mousaillon pour avoir une belle cueillette. En soirée, les grands ont mangé du fromage et des petites bouchées pendant que les enfant s’empiffraient de sucre. Ils ont ensuite joué et on a refait le monde autour de la table. La recette du succès.

Étrangement, Laurent n’a plus demandé un seul bonbon depuis cette soirée. Il a même oublié l’existence de sa citrouille. Mais étrangement, elle se vide à vue d’oeil sur le comptoir de la cuisine… Je me demande bien qui peut manger tant de cochonneries en cachette ;-)

halloween_3370bricolage de patates

halloween15_3394

Arrrrrrrr!
Costume de pirate Melissa & Doug (3-6 ans)
Une pierre deux coups, on l’ajoute à son coffre à 
déguisements!

Dire qu’il y a un mois on jouait en t-shirt dans la cour. Preuve à l’appui, le 17 septembre.

sept_oct_15_0

L’automne s’est installée brusquement cette année.

Mais je t’aime mois de septembre. Tu es l’un des plus beaux mois de l’année. Surtout quand on s’entoure d’amis, de famille et qu’on se garde au chaud.

C’est le retour des bouffes réconfortantes, de la mijoteuse, des potages, des lasagnes, de la fondue, des doudous chaudes, des séries TV, du shopping de la rentrée, des bottillons, des chandails douillets, des bas de laine de Charlevoix, des ballades dans la forêt sans suer sa vie, car la température est fraîche.

Septembre, c’est aussi le mois de ma fête :-) Des amis sont passés à la maison avec toute la marmaille. On s’est vautrés dans le pain, le fromage pis le vin et les enfants ont trashé la piste de danse. Laurent était en feu.

sept_oct_15_1

Le lendemain était un peu pénible, mais on a réussi à se rendre à Saint-Joseph-De-Beauce pour le vernissage de ma belle-mère. Si vous passez par là, allez voir les peintures de Claire Lamarre au Musée Marius-Barbeau. Beau!

Le village est tout aussi coquet. Je ne connais pas beaucoup la Beauce, mais j’ai remarqué que plusieurs villages sont entourés de vallons. C’est enveloppant comme paysage.

sept_oct_15_2

Le mois d’octobre s’est pointé avec la traditionnelle «fin de semaine de filles». C’était notre 15ème édition… Quinze ans à se réunir une fois par année sans les mecs, à jaser de nos passions/préoccupations autour de trop de bouffes/sucre/sel. Malheureusement, une amie ne pouvait être des nôtres :-( Salutations chère amie, la fin de semaine sans toi n’est pas complète.

sept_oct_15_3

On a profité de la vue du balcon (surtout au chaud dans le spa).

Et du centre-ville de Baie-Saint-Paul, toujours aussi champêtre.

sept_oct_15_4

Toujours dans le village, on a découvert la boutique d’antiquités Chez Simone où j’ai déniché un tambourin pour fiston. C’est mon nouveau trip de lui monter une collection d’instruments! L’harmonica a été un gros hit il y a quelques mois!

sept_oct_15_5

Le matin de notre départ, une belle surprise nous attendait à la fenêtre… et son petit était à quelques mètres de là.

sept_oct_15_6

L’automne, c’est aussi la poursuite des habitudes d’été. Comme les weekends crêpes.

sept_oct_15_7

Et les petits bonhommes à la télé le matin, véritable cadeau du ciel pour les parents qui veulent une grasse matinée.

sept_oct_15_8

 

Dans quelques semaine novembre.

Et novembre, j’ai une surprise pour toi. Tu es le pire mois de l’année (avec ton confrère février) et je suis en train de t’arranger pour te rendre plus sympathique. À suivre.

Île d’Orléans

12 septembre 2015 — Un commentaire

Toujours vivante! Juste dans le jus de la rentrée!

Quelques jours avant cette dite rentrée, j’ai fait un tour de l’île en solo, à mon rythme et en auto. Ça voulait dire arrêter dans toutes les boutiques et pâtisseries sur mon passage. Petit résumé visuel de mon parcours gourmand et quelques bonnes adresses au détour.

ileorleans_8047

Chocolaterie de l’île d’Orléans
la ballade près du fleuve est à un jet de pierre et avec un gros cornet y’a pas + grand bonheur

ileorleans_8040 ileorleans_8036 ileorleans_8035

Le vignoble de Sainte-Pétronille, pour un verre de vin et une bouffe du Panache sur la terrasse.

ileorleans_8028 ileorleans_8024 ileorleans_8023 ileorleans_8016

Découverte de cette année, la roulotte du coin (spécialité canard) où j’ai pu aussi goûter le cola 1642 (produit à Montréal). J’ai beaucoup aimé, autant le canard que le liquide brun;-)

ileorleans_8009 ileorleans_7999_2 ileorleans_7997 ileorleans_7979 ileorleans_7976 ileorleans_7970

La boulange, c’est cette belle maison derrière le jardin. Sandwichs, desserts et lieux champêtres pour pique-nique entre amis/famille.
ileorleans_7949

Confiturerie Tigidou vaut le détour, c’est trèèèèèès beau à l’intérieur!
Mais je vous garde la surprise.

ileorleans_7941

Il y a même une petite aire de repos pour déguster des scones à l’extérieur de la boutique.

ileorleans_7936

Les trois poules à l’île, alors là, c’est mon gros coup de coeur. C’est une boutique déco dans un ancien poulailler et il y en a pour tous les goûts. La copropriétaire m’a informé qu’ils ferment généralement à l’action de grâce, mais ouvrent quelques jours pendant le temps des Fêtes pour une collection de Noël. Je suis bien curieuse de voir ça, elles semblent avoir l’oeil pour dénicher les tendances.

Il y a d’autres belles choses à voir/déguster à l’île. Je pense à CassisMona&Filles et au pub. Et pour en avoir encore plus, il y a le site touristique.

ahhhhh l’île, pourquoi je te boude toujours aussi longtemps?

 

histoire de cheveux

13 août 2015 — Un commentaire

avant_coupe_2834

La première crise du «terrible two» est arrivée chez le coiffeur. La moue, les pleurs, la crise, le bacon, la totale. J’avais envie de disparaître dans le plancher… Rien de plaisant là-dedans même si on sait que c’est une phase tout à fait normale. Le coiffeur a lancé la serviette après 5 minutes, il n’y avait rien à faire c’était trop dangereux avec les ciseaux. Laurent est revenu dans l’auto sans coupe. Un «pad» dans le cou, un toupet dans les yeux et notre orgueil dans le fond de la gorge.

En bon québécois, j’étais en tabarnak.

D’ici le prochain rendez-vous (repoussé dans mille ans), on a pris les choses en main. Mon chum a commandé un kit de ciseaux sur Amazon et on a fait semblant d’être des coiffeurs. Voici quel était notre plan pour devenir pseudo styliste capillaire:

  • Tenter de suivre les conseils trouvés sur cet article du blogue Cup of Jo. Le truc sur l’angle de la coupe est excellent, mais «tenter» est le mot magique à retenir. Avec un enfant, garder le contrôle de nos gestes relève de l’utopie.
  • Simuler un salon de coiffure : chaise haute devant le miroir de la salle de bain.
  • Prévoir une arme de concentration massive : Smarties. Pour appâter l’enfant et tenir ses mains occupées loin des ciseaux. Une boîte suffit.
  • Parler constamment, pour étourdir l’enfant et lui faire oublier ce qui se passe.
  • Faire un gros «high five» à la fin.
  • Prendre une bière, avec le père hein, pas l’enfant ;-)

coupecheveux1_7888 coupecheveux2_7886 coupecheveux3_7896 coupecheveux4_7904 coupecheveux5_7899 coupecheveux6_7898

apres_coupe

 

Le résultat est correct, faut juste pas regarder de trop près;-) Il reste du long dans le cou, mais on va s’en contenter.
Ouais, je sais…On aurait pu se faciliter la vie et faire une «coupe clipper», mais j’aime pas ça. Je préfère les cheveux longs.

Vous connaissez des salons de Québec qui ont la «touch» avec les enfants de cet âge?